Geekweb.fr
SpaceX dévoile Starshield, une version militaire de Starlink

SpaceX dévoile Starshield, une version militaire de Starlink

Avec ce nouvel appareil, SpaceX compte s’inviter dans le cercle très fermé des prestataires de la Défense américaine.

Starlink ne sera bientôt plus le seul satellite estampillé SpaceX; la forme d’Elon Musk va bientôt fêter l’arrivée d’un nouveau modèle baptisé Starshield. Contrairement au satellite web Starlink, qui est surtout conçu pour le grand public et les entreprises, celui-ci sera destiné aux agences gouvernementales, en particulier celles qui travaillent sur des questions de sécurité nationale.

Starshield exploite la technologie de Stalink et la capacité de lancement de SpaceX pour soutenir les efforts de sécurité nationale”, peut-on lire sur une nouvelle page du site de la marque. Initialement, il se concentrera sur trois activités en particulier.

Observation, communications et charge utile

La première, c’est l’observation de la Terre. Il pourra donc être utilisé pour surveiller le territoire américain, et potentiellement d’autres régions où l’Oncle Sam dispose d’intérêts stratégiques.

Ensuite, SpaceX indique aussi que ce Starshield sera construit sur la base d’une architecture modulaire. Il sera donc capable d’emporter une grande variété de charges utiles différentes. Cela signifie que les clients pourront choisir d’y intégrer différents instruments pour répondre à des besoins spécifiques en termes de renseignement, de contre-espionnage…

Sa troisième activité de prédilection sera la communication. On peut imaginer que cela permettra aux agences gouvernementales concernées d’établit des canaux de communication cloisonnés et ultra-sécurisés.

Ces satellites ont vocation à relayer des informations extrêmement sensibles, susceptibles de relever de la sécurité nationale. Par rapport aux Starlinks que nous connaissons aujourd’hui, ces Starshield seront dotés de “capacités de chiffrement additionnelles et à haute fiabilité.” Cela leur permettra d’embarquer des charges utiles hautement confidentielles. Ils pourront aussi en exploiter les données en toute sécurité. Un point fondamental pour toute agence gouvernementale.

Enfin, SpaceX précise aussi que le système de communication laser qui équipe déjà les Starlinks actuels pourra désormais être intégré à des satellites tiers. Cela leur permettra de communiquer directement avec la flotte Starshield.

SpaceX continue de se rapprocher du gouvernement

En l’état, c’est à peu près tout ce que la firme d’Elon Musk a dévoilé. Nous aurons certainement un peu plus d’informations au cours des mois à venir; mais il ne faudra pas s’attendre à une présentation exhaustive. Les détails techniques les plus croustillants seront probablement réservés aux agences gouvernementales concernées. En effet, les caractéristiques techniques des engins utilisés par les agences gouvernementales, en particulier dans le cadre du renseignement, sont des données éminemment stratégiques.  Elles ne doivent donc pas tomber entre les mauvaises mains; les opérateurs ne vont donc pas risquer de communiquer outre-mesure sur ce point.

Reste encore à voir quand, comment, et surtout où ces satellites seront déployés. La principale inconnue concerne l’identité des clients; SpaceX ne précise pas explicitement que Starshield sera réservé au gouvernement américain. Certains alliés de l’Oncle Sam sur le Vieux continent, pourraient aussi en bénéficier. Mais il n’y a aucun moyen d’en avoir le cœur net à l’heure actuelle.

Même s’il sera très difficile d’avoir des informations précises à ce sujet, il sera aussi intéressant d’observer comment les rivaux des États-Unis accueilleront cette nouvelle . On pense notamment à la Chine, qui voit déjà le développement de la constellation Starlink d’un très mauvais œil; récemment, plusieurs instituts de recherche ont même présenté des plans qui suggèrent que Pékin pourrait se mettre à détruire les Starlinks en cas de menace pour la sécurité nationale (voir notre article).

Le son de cloche est à peu près le même en Russie. En octobre dernier, le Kremlin a déclaré explicitement qu’il considérait les “satellites privés comme des cibles légitimes de représailles” (voir notre article). Cette saillie concernait surtout les Starlinks, qui continuent de jouer un rôle déterminant dans la guerre en Ukraine; mais on peut imaginer qu’elle serait encore plus valable pour un engin privé spécialement conçu pour le renseignement.

Il y a aussi un dernier élément à prendre en compte, et pas des moindres. Starshield pourrait jouer un rôle d’entremetteur susceptible de resserrer encore davantage les liens entre Starlink et le gouvernement américain. La firme collabore déjà très régulièrement avec la NASA, y compris pour des missions secret-défense; mais avec ce nouveau satellite, elle pourrait désormais devenir un partenaire privilégié de la Défense, avec tout ce que cela implique en termes politiques. Et connaissant le tempérament de Musk, on imagine qu’une telle collaboration pourrait faire des étincelles…


Source link Journal du Geek

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Block détecté ^^

Pour couvrir les couts du serveur nous avons quelques pubs désolé 

Merci de nous soutenir en déactivant votre Adblock :)