Geekweb.fr
En Suède, le pass vaccinal s’implante désormais sous la peau

En Suède, le pass vaccinal s’implante désormais sous la peau

De nombreux suédois ont déjà recours à des implants sous-cutanés pour les tâches du quotidien; ils peuvent désormais y ajouter leur pass vaccinal.

Cela fait déjà plusieurs années que le concept des puces sous-cutanées commence à devenir monnaie courante en Suède. Le pays nordique fait partie des précurseurs en la matière, et bon nombre de ses citoyens ont déjà sauté le pas; ils peuvent valider leur ticket de métro, payer leur sandwich ou encore accéder à leur salle de sport grâce à une petite capsule implantée dans la main. Dans le contexte actuel, ce n’était probablement qu’une question de temps avant que le concept croise la route du pass vaccinal. C’est désormais chose faite grâce à la startup Dsruptive Subdermals, dont les travaux ont été repérés par Insider.

Concrètement, le produit qu’ils proposent prend plus ou moins la même forme que les autres implants du genre. Il s’agit d’un objet de 2 x 14 millimètres qui est implanté directement sous la peau grâce à une grosse aiguille. Celui-ci peut ensuite être scanné par un appareil externe pour en extraire les informations pertinentes. En l’occurrence, il s’agit du pass vaccinal, que les Français conservent pour la plupart sur leur smartphone.

L’idée de base est extrêmement simple : dans ce contexte où nous devons régulièrement présenter des documents qui attestent de notre prise en charge vaccinale, cela permettrait d’avoir tous les certificats nécessaires sur soi en permanence. Les certificats de vaccination mais aussi les résultats des tests pourraient y être consignés.

© Dsruptive Subdermals

Une technologie qui dérange

Comme toujours avec ces technologies, il existe des doutes sous-jacents sur le plan de la vie privée et de la protection des données. Hannes Sjoblad, directeur général de DSruptive Subdermals, rappelle cependant qu’il s’agit d’une technologie qui fonctionne exclusivement de manière passive. En effet, ces puces ne disposent même pas d’une batterie susceptible de les alimenter.

C’est le lecteur qui se charge d’envoyer un signal radio à basse fréquence, mais à haute énergie vers la puce; cette énergie est tout juste suffisante pour “réveiller” l’implant l’espace d’un instant. Juste assez longtemps pour transmettre son message au lecteur – en l’occurrence, la situation vaccinale. Cela signifie que ces puces passives sont parfaitement incapables de pister leur porteur. Du moins en l’absence d’un autre élément complémentaire pour l’alimenter.

Reste à voir si une technologie de ce type trouvera vraiment son public. Dans la majorité des cas, les gens emportent déjà leur téléphone – et par conséquent, leur pass vaccinal – un peu partout; il n’est donc pas certain que l’intérêt concret suffise à justifier les 100€ que coûte la puce… en France, tout du moins. Car en Suède, cette technologie se démocratise déjà à vitesse grand V et ne souffre pas du même problème d’image. Il n’est donc pas exclu que de nombreux Suédois y aient recours; il sera intéressant de voir si ce concept fera des émules dans d’autres pays.


Source link Journal du Geek

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Block détecté ^^

Pour couvrir les couts du serveur nous avons quelques pubs désolé 

Merci de nous soutenir en déactivant votre Adblock :)