Cet épisode est sponsorisé par l’UPPIA, la collective d’information de la conserve.

Aujourd’hui, c’est plutôt facile de s’ouvrir une conserve et de la faire réchauffer pour manger rapidement un petit plat mais il y a 8000 ans, on faisait comment ? Cette découverte tardive de la conserve va révolutionner notre manière de consommer les aliments et permettre de grandes avancées dans bien des domaines. Sans elles, les troupes des guerres modernes n’auraient pas pu être approvisionnées, les marins n’auraient pas pu aller si loin sans en subir les conséquences sur leurs corps…bref, “petit” retour sur une invention qui nous permettra d’aborder une histoire économique, sociale, industrielle et bien évidemment : alimentaire !

La chaîne l’Histoire trouve toujours un chemin : https://www.youtube.com/channel/UChD5UkL8LtcLk_D0-obwW8w

Montage par Dead Will : https://www.youtube.com/channel/UCtLkNuzB2_j2z7SFdvkiCww

Sources en fin de description.

Cette description contient des liens Amazon d’affiliation. En cliquant dessus, je suis susceptible de percevoir une commission sur vos achats.

Vous pouvez acheter mes ouvrages en suivant les liens :

– “Les pires batailles de l’Histoire”, Livre aux éditions Tallandier : https://amzn.to/2OyiY32

– Nota Bene, Tome 1 “petites histoires grands destins” (BD aux éditions Soleil) : https://amzn.to/2CESyVh

– Nota Bene, Tome 2 “A la rescousse de l’Histoire” (BD aux éditions Soleil) : https://amzn.to/2Bkbszu

Facebook : http://facebook.com/notabenemovies

Twitter : https://twitter.com/NotaBeneMovies

Instagram : https://www.instagram.com/notabenemovies

Pour discuter avec la communauté :
discord : https://discord.gg/Uv8Endf

Pour partager des moments musicaux ensemble:
Plug.DJ : https://plug.dj/notabene/

En savoir plus :

-dir. J.-L. FLANDRIN et M. Montanari, Histoire de l’alimentation,, Fayard, Paris, 1996.

-A. DROUARD, Les français et la table: Alimentation, cuisine, grastronomie du Moyen-Age à nos jours, Ellipses, Paris, 2015.

-N. Appert, L’art de conserver, pendant plusieurs années, toutes les substances animales et végétales, Paris, 1810.

-N. MEYER-SABLE, Familles de marins-pêcheurs et évolution des pêches. Littoral morbihannais 1830-1920, L’Harmattan, Paris, 2005.

-A.-D. MARTIN, Les ouvrières de la mer: Histoire des sardinières du littoral breton, collection chemins de la mémoire, L’Harmattan, Paris, 1994.

-P. ROGER, Rêves et cauchemars américains. Les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953), Presses universitaires Septentrion, Paris, 1996

-C. FREDJ et J.-C. FICHOU, La sardine à l’huile et son adoption par les militaires français, Revue historique des armées, 2010.

http://www.cancentral.com/can-stats/history-of-the-can/manifest-destiny

-A. THOMAS, Identités funéraires, variants biologiques et facteurs chronologiques : une nouvelle perception du contexte culturel et social du Cerny (Bassin parisien, 4700-4300 avant J.-C.). Thèse de doctorat. Bordeau 1, 2011.

-C.C. BAKELS et R. ROUSSELLE, Restes botaniques et agriculture du Néolithique ancien en Belgique et aux Pays-bas. Helinivm XXV, 1985, p. 38-57.

-C’est pas Sorcier – Conservation des aliments : C’est dans la boîte ! , 2004.

source : Chaine de Nota Bene